Règle 4512 de la FINRA : la SEC approuve les signatures électroniques

Michael Magrath, mai 29, 2019

Alors que les banques et autres institutions financières continuent de moderniser leurs processus d'affaires afin de réduire leurs dépenses d'exploitation et d'améliorer l'expérience client dans le cadre d'une transformation numérique globale, des réglementations désuètes ont Mur. 

Mise à jour de la règle 4512 de la FINRA pour les signatures électroniques

Dans le secteur du courtage, la règle 4512(a)(3) (Information sur les comptes clients) de l'Autorité de réglementation du secteur financier (FINRA) en est un exemple. En ce qui concerne les comptes discrétionnaires, jusqu'à tout récemment, elle exigeait que les cabinets membres obtiennent la signature « humide » de chaque personne physique nommée autorisée à exercer son pouvoir discrétionnaire dans un compte. 

Les membres se sont plaints que cette exigence déséqure augmentait les coûts d'exploitation sans fournir de protections de sécurité significatives pour les investisseurs. En outre, les règles du jeu concurrentielles avaient été pressentis en faveur des conseillers en placement qui ont été en mesure de saisir les signatures des clients par voie électronique pendant un certain temps, probablement aussi loin que la promulgation de l'Uniform Electronic Transactions Act (UETA) et le Signatures électroniques dans la Loi sur le commerce mondial et national (ESIGN Act). 

Comme vous pouvez l'imaginer, les clients téléchargeraient les formulaires de compte à partir du Web pour se conformer ou les faire envoyer par e-mail. Ils imprimaient ensuite les formulaires, signaient manuellement et les scannaient pour les retourner par courriel. Dans les cas où le client envoie le formulaire par la poste, l'entreprise devrait alors le scanner pour l'archivage électronique.

Pour répondre aux préoccupations des entreprises membres, la FINRA a déposé en novembre 2018 un projet de modification de la règle 4512(a)(3) auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis afin d'autoriser les signatures électronique pour ces formulaires de compte, ce qui a permis de rationaliser ce qui était un processus onéreux en plusieurs étapes. pour le client et prend beaucoup de temps pour les comptes discrétionnaires de l'entreprise. Le 16 avril 2019, la SEC a approuvé le changement de règle. Sans doute, cette approbation a généré de nombreux sourires heureux à Wall Street.

La mise à jour de la règle 4512(a)(3) de la FINRA est entrée en vigueur le 6 mai 2019.

 

Étude de cas Celent de transformation numérique dans les services bancaires personnels (BMO)

Cette étude de cas donne un point de vue d'analyste sur l'approche de la BMO en matière de services partagés à l'échelle de l'entreprise. Doté de mesures et de pratiques exemplaires, ce rapport Celent offre des informations uniques pour les parties prenantes en TI, en affaires et en conformité.

Lire l'étude de cas

Autres règlements assouplissant la transformation numérique : la loi MOBILE

En mai 2018, la Loi sur la croissance économique, l'allégement réglementaire et la protection des consommateurs est devenue loi. La loi a supprimé bon nombre des règlements imposés aux banques à la suite de la Grande Récession. Il porte également une importance particulière pour les services bancaires mobiles et les signatures en ligne.

La loi comprend une disposition appelée LA Loi MOBILE (Rendre l'initiation bancaire en ligne légale et facile). Cette disposition permet aux institutions financières de se rendre plus facilement à bord de nouveaux clients à distance sans qu'il soit nécessaire que le client se rende dans une succursale pour compléter le processus.

Dans le cadre de la loi, une institution financière est définie comme :

  • Une institution dépositaire assurée
  • Une coopérative de crédit assurée
  • Tout affilié d'une institution dépositaire assurée ou d'une coopérative de crédit assurée

Les banques peuvent désormais créer un processus d'intégration entièrement numérique en vérifiant une analyse ou une copie numérique de l'identification émise par le gouvernement d'un nouveau client, comme un permis de conduire. Alors que certains États ont déjà permis aux banques d'accepter un permis de conduire numérisé comme preuve d'identité, la loi MOBILE le rend légal au niveau national. De là, le client peut remplir les formulaires nécessaires et saisir des données en ligne ou via mobile et même signer des documents à l'aide d'une signature électronique pour finaliser le processus.

Le mot clé ici est "banque". La Loi MOBILE ne s'applique pas aux maisons de courtage. Avec l'obstacle de la finRA Rule 4512 franchi, il reste à voir si une nouvelle législation est introduite pour permettre aux maisons de courtage de faire de même et de faire progresser leur transformation numérique. 

Ressources E-Signature pour courtiers-commerçants et conseillers financiers

  • Découvrez comment une banque nord-américaine du top 10 utilise la signature électronique avec ses conseillers en placement mobile.
     
  • Découvrez les 4 meilleures informations de signature électronique pour les courtiers-commerçants, racontées à travers l'histoire de PlanMember Securities.
     
  • Voyez comme il est facile de commencer avec les signatures en électronique, afin que vous puissiez profiter des récents changements réglementaires pour améliorer l'expérience client :

 

Cet article, rédigé par Michael Magrath, directeur, Règlements mondiaux et normes, a été publié pour la première fois le 6 mai 2019 sur CSO Online. Réimprimé avec permission. © IDG Communications, Inc., 2018. Tous droits réservés.

Michael Magrath est chargé d'aligner la feuille de route de la solution OneSpan sur les normes et les exigences réglementaires à l'échelle mondiale. Il est coprésident du groupe de travail sur le déploiement gouvernemental de l'Alliance FIDO et siège au conseil d'administration de l'Electronic Signature and Records Association (ESRA).