UK flag

Règlement financier mondial 2022

Règlement financier au Royaume-Uni

Les fermetures strictes et prolongées dues à la pandémie de COVID-19 ont contribué à la pire performance économique jamais enregistrée par le Royaume-Uni, avec une contraction du PIB de 9,9 % en 2020.

Aperçu du pays

Les blocages stricts et prolongés dus à la pandémie de COVID-19 ont contribué à la pire performance économique jamais enregistrée par le Royaume-Uni, avec une contraction du PIB de 9,9 % en 2020.1 La transition du Brexit et les cyberattaques ont encore aggravé le paysage rocheux. Pendant ce temps, la pandémie a rapidement accéléré la transformation numérique, les paiements sans contact représentant 88,6 % des paiements au Royaume-Uni en 20202 et les consommateurs se ruant sur le commerce électronique.

Bien que le plan de relance du Premier ministre Boris Johnson ne donne pas la priorité à la numérisation comme le fait l'Union européenne, il s'agit d'un plan de grande envergure qui met l'accent sur la croissance économique, notamment en soutenant la formation professionnelle et l'enseignement universitaire, ce qui s'accordera bien avec les efforts de numérisation. Malgré les incertitudes concernant l'open banking, l'identité numérique et le secteur des paiements, le paysage attrayant de la fintech au Royaume-Uni et les réglementations en cours d'élaboration contribueront à l'avènement de la numérisation tout en favorisant l'innovation et l'inclusion financière.

L'identité numérique pourrait s'avérer une pierre angulaire importante dans la transformation numérique du Royaume-Uni, bien qu'elle ait connu des débuts hésitants. En février, le DCMS a publié un projet de cadre de confiance pour l'identité numérique, qui développera les aspects du système Gov.uk Verify liés aux relations entre le gouvernement et les citoyens. Ce cadre devrait permettre d'élargir les identités numériques sécurisées à tous les secteurs, de faciliter les mesures de lutte contre le blanchiment d'argent et la fraude, d'attirer davantage d'entités fintech et d'intégrer des personnes qui n'étaient pas encore bancarisées. Selon une enquête de la Financial Conduct Authority, 1,2 million d'adultes britanniques ne sont pas bancarisés.3 Sans un système d'identité numérique viable, la numérisation pourrait encore aggraver l'inégalité d'accès aux services financiers.

La numérisation contribuera à renforcer l'écosystème fintech du Royaume-Uni, qui connaît une croissance rapide. Actuellement, le secteur britannique de la fintech représente 10 % de la part de marché mondiale du Royaume-Uni et attire le plus d'investissements en capital-risque de toute l'Europe.4 Confronté à une concurrence accrue, au COVID-19 et à l'incertitude liée au Brexit, le rapport Kalifa 2021 sur la fintech avertit que le secteur pourrait perdre son avantage concurrentiel en l'absence de réformes et d'adaptation.

Organismes de régulation financière

Banque centrale : La Banque d'Angleterre (BoE) est la banque centrale du Royaume-Uni. Elle maintient la stabilité financière du pays, supervise la politique monétaire et émet la monnaie.

Autres organismes financiers : La Financial Conduct Authority (FCA) réglemente le secteur des services financiers au Royaume-Uni. L'agence protège les consommateurs et promeut une concurrence loyale sur le marché des services financiers.

LeHer Majesty's Treasury (HM Treasury) est le ministère de l'économie et des finances du gouvernement national. L'objectif principal du Trésor est de développer la politique économique publique et de promouvoir la croissance économique.

Le ministère du numérique, de la culture, des médias et des sports (DCMS ) est responsable de l'économie numérique ainsi que des principaux aspects des médias, y compris l'internet, en plus de la culture et des sports.

Normes, lois et règlements

HM Treasury Call for Evidence and Consultation on National AML/CTF Framework (Appel à contribution et consultation sur le cadre national de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme), 22 juillet 2021

HM Treasury a publié une consultation sur les amendements aux règlements de 2017 sur le blanchiment d'argent, le financement du terrorisme et le transfert de fonds (informations sur le payeur). Ces amendements visent à "introduire une obligation permanente de signaler les divergences dans les informations relatives à la propriété effective", à élargir l'accès aux passerelles de partage d'informations et à mettre en œuvre la "règle de voyage" du GAFI en ce qui concerne les crypto-actifs. La consultation a été lancée en même temps qu'un appel à contribution visant à obtenir un retour d'information sur l'efficacité du régime national de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. La consultation et l'appel à contribution ont été clôturés le 14 octobre 2021. La législation secondaire devrait être introduite au printemps 2022.

La Financial Conduct Authority prolonge les délais de mise en œuvre des exigences de l'ACS, le 20 mai et le 16 avril 2021

Le 20 mai 2021, la Financial Conduct Authority (FCA) a publié une déclaration prolongeant le délai de mise en œuvre des exigences d'authentification forte du client (SCA) dans les transactions de commerce électronique jusqu'au 14 mars 2022. Cette extension de six mois vise à "assurer une perturbation minimale pour les commerçants et les consommateurs, et reconnaît les défis continus auxquels l'industrie est confrontée pour être prête à l'échéance précédente du 14 septembre 2021"

Cette décision fait suite à un autre report de délai de la FCA concernant la mise en œuvre de l'ACS. Le 16 avril 2021, la FCA a reporté l'obligation pour les émetteurs de cartes de mettre en œuvre l'authentification de deuxième facteur aux fins de l'ACS, suite à des préoccupations en matière de protection des données concernant la biométrie comportementale. Les émetteurs de cartes ont signalé que la biométrie comportementale, telle qu'elle est actuellement utilisée, pourrait entrer en conflit avec l'exigence du GDPR selon laquelle les individus doivent fournir un "consentement explicite" pour la gestion de leurs données. UK Finance demande l'avis de l'Information Commissioner's Office pour savoir si un "argument d'intérêt public substantiel" pourrait annuler la nécessité d'un consentement explicite de la part des utilisateurs.

Bien que la question de la protection des données ne concerne que la biométrie comportementale, la FCA a reporté la date limite pour toutes les formes d'authentification à deuxième facteur. Cela n'a pas entamé l'enthousiasme de la FCA pour la biométrie comportementale, puisqu'elle "encourage tous les émetteurs à utiliser ce délai supplémentaire pour explorer l'utilisation de la biométrie comportementale par rapport aux facteurs de connaissance lorsque cela est possible". La date limite était fixée au 14 septembre 2021.

Comme dans l'Union européenne, le déploiement des exigences du SCA au Royaume-Uni a été entaché d'incertitudes quant à la mise en œuvre et à l'application, ainsi que d'un calendrier souvent décalé. Les clients ont exprimé des inquiétudes quant à l'obligation d'effectuer une ACS tous les 90 jours, tandis que les commerçants s'inquiètent des effets de l'ACS sur les paiements interentreprises.

LaFinancial Conduct Authority envoie une lettre aux entreprises de monnaie électronique concernant leurs inquiétudes, 18 mai 2021

La Financial Conduct Authority (FCA) a envoyé une lettre aux sociétés britanniques de monnaie électronique pour leur demander de préciser à leurs clients que leurs comptes ne sont pas protégés par les systèmes bancaires traditionnels. La FCA craint que les sociétés de monnaie électronique n'aient fait une promotion trompeuse de leurs services, mettant en avant les avantages tout en minimisant les risques. Cela va à l'encontre d'une exigence de la FCA (BCOBS 2.3.1AR) selon laquelle les communications destinées aux clients de l'argent électronique doivent inclure une "indication juste et évidente des risques" L'une des principales préoccupations de la FCA est que les comptes de monnaie électronique ne sont pas protégés par le Financial Services Compensation Scheme (FSCS), qui protège les consommateurs en cas de faillite d'une société financière. L'avertissement souligne les préoccupations croissantes de la FCA concernant les services de paiement et d'argent électronique, notamment en raison de la pandémie de COVID-19 et de la faillite à l'été 2020 du service de paiement allemand Wirecard. Un rapport de 2018 de la FCA a constaté que les entreprises de monnaie électronique présentaient certaines faiblesses dans leurs cadres de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, une préoccupation qui a depuis été réitérée par une évaluation des risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme du Trésor britannique, qui a constaté que les services de paiement et de monnaie électronique étaient exposés à un risque moyen de blanchiment d'argent.

Publication de la grille des initiatives réglementaires, 07 mai 2021

Le Financial Services Regulatory Initiatives Forum - composé de la Financial Conduct Authority, de la Bank of England et d'autres régulateurs - a publié la troisième édition de la Regulatory Initiatives Grid, qui présente les plans et les initiatives en cours. Les autorités précisent les délais de mise en œuvre de plusieurs projets liés au secteur des paiements :

  • Publication d'un document de consultation sur la confirmation du bénéficiaire (CoP), entre juin et août 2021
  • Publication d'un document de suivi de l'appel à commentaires sur la prévention des escroqueries liées aux paiements push autorisés (APP), entre juillet et septembre 2021
  • Publication d'un document de suivi sur l'atténuation des risques liés au lancement de la nouvelle architecture de paiement (NAP), entre juillet et septembre 2021
  • Publication d'une déclaration sur l'examen de la protection des consommateurs en matière de paiements rapides, entre septembre et octobre 2021
  • Publication d'une déclaration de politique générale à la suite d'une consultation sur les mises à jour du document "Payment Services and Electronic Money - Our Approach" (Services de paiement et monnaie électronique - notre approche), troisième trimestre 2021
  • Publication de la stratégie finale sur les résultats souhaités par le régulateur des systèmes de paiement au cours des cinq prochaines années, entre octobre et décembre 2021

L'Autorité de la concurrence et des marchés publie un document sur le Forum de coopération sur la régulation numérique, 04 mai 2021

L'Autorité de la concurrence et des marchés (CMA) a publié un document d'orientation sur le Forum de coopération sur la réglementation numérique : Intégrer la cohérence et la coopération dans le tissu des régulateurs numériques, qui aborde les obstacles à la coopération numérique et décrit les remèdes possibles à l'avenir. Le Digital Regulation Cooperation Forum (DRCF), établi en juillet 2020, est un partenariat entre l'Information Commissioner's Office (ICO), la CMA, l'Office of Communications (Ofcom) et la Financial Conduct Authority (FCA) pour promouvoir la coordination entre les régulateurs. Le document recommande au gouvernement d'envisager trois idées majeures : "soutenir un partage approprié de l'information ; intégrer la cohérence et la coopération dans le cadre statutaire des services numériques ; et assurer la transparence et la responsabilité" En encourageant une approche facilitée du partage de l'information, le document réitère l'importance de garantir aux régulateurs que les informations confidentielles resteront protégées par la législation existante. Ce document fait suite à une publication de la CMA du 10 mars 2021 intitulée Digital Regulation Cooperation Forum : Plan de travail pour 2021-2022. Le document d'orientation souligne l'importance de la confiance dans la technologie numérique, ainsi que de la concurrence et de l'innovation qui offrent des avantages aux utilisateurs. Les trois domaines prioritaires du DRCF pour la période 2021-2022 comprendront une réponse stratégique aux changements industriels et technologiques, des projets stratégiques conjoints qui renforcent l'engagement et la coopération, et la cohérence réglementaire.

LaLaw Commission publie un appel à contribution sur les actifs numériques, 30 avril 2021

La Law Commission a publié un appel à contribution sur les actifs numériques avant la publication d'un document de consultation qui présentera une proposition de réforme. L'appel reconnaît l'incertitude juridique qui entoure les actifs numériques et cherche à recueillir des informations sur la manière dont ils sont utilisés. La Law Commission rappelle qu'elle a été invitée en mars 2020 par le ministère de la Justice (MoJ) et le Department for Digital, Culture, Media and Sport (DCMS) à examiner la loi pour trouver des opportunités de réforme concernant les actifs numériques, y compris les cryptoassets. La date limite de réponse était fixée au 30 juillet 2021. La Law Commission prévoit de publier un document sur les actifs numériques d'ici la fin de l'année 2021. Certaines banques britanniques - comme HSBC5 et la banque de détail NatWest6- ont adopté une approche prudente, voire totalement prohibitive, à l'égard des crypto-monnaies en raison de leur volatilité inhérente.

Legouvernement introduira de nouvelles lois sur la cybersécurité le 21 avril 2021

Le ministère du numérique, de la culture, des médias et du sport a annoncé qu'il prévoyait de dévoiler de nouvelles lois sur la cybersécurité afin de mieux protéger les appareils intelligents contre la cybercriminalité. Les exigences comprendront l'interdiction pour les fabricants d'installer un mot de passe par défaut, un système permettant aux clients de signaler les faiblesses de sécurité et l'obligation pour les clients d'être informés lors de la vente de la durée pendant laquelle leurs appareils intelligents recevront des mises à jour logicielles de sécurité.

Fraude à la banque mobile : Un entretien avec un régulateur britannique, une banque et une société Fintech

Fraude à la banque mobile : Un entretien avec un régulateur britannique, une banque et une société Fintech

Dans le secteur des services financiers, que pensent les banques, les régulateurs et les fournisseurs de technologie de l'état de la fraude bancaire mobile ?

En savoir plus

LaBanque d'Angleterre et le Trésor annoncent la création d'un groupe de travail sur la monnaie numérique des banques centrales, 19 avril 2021

La Banque d'Angleterre et le Trésor ont mis en place un groupe de travail exploratoire conjoint sur le développement d'une monnaie numérique de banque centrale (CBDC). Cette monnaie numérique compléterait l'argent liquide et ne le remplacerait pas. La Banque d'Angleterre a également annoncé la création d'un CBDC Engagement Forum, qui recueillera des informations sur les implications non techniques du développement de la monnaie, et d'un CBDC Technology Forum, qui recueillera des informations sur l'aspect technologique. Dans un discours prononcé le 13 mai, Sir John Cunliffe, sous-gouverneur chargé de la stabilité financière, souligne certains des avantages de l'utilisation de la monnaie numérique. Il note que "...la monnaie publique numérique et l'infrastructure nécessaire pour la soutenir contribueraient à assurer l'interopérabilité nécessaire et les normes communes entre tous les principaux systèmes de paiement dans l'économie future". En outre, il soulève une préoccupation importante : "... les futurs fournisseurs privés de monnaie et de paiements pourraient ne pas avoir les incitations commerciales nécessaires pour fournir des services utilisables aux personnes non bancarisées et à d'autres parties de la population. L'argent public numérique, conçu de manière appropriée, pourrait donc avoir un rôle important à jouer pour assurer l'inclusion" Le discours reprend les principaux thèmes du document de discussion de la Banque d'Angleterre du 12 mars 2020 intitulé Central Bank Digital Currency : Opportunités, défis et conception. Dans un document de discussion du 7 juin 2021 intitulé New forms of digital money, la banque a indiqué qu'elle n'avait pas encore décidé si elle émettrait une livre numérique, mais qu'une future CBDC pourrait promouvoir la concurrence et l'inclusion financière. Le rapport indique que "associée à des innovations telles que la monnaie programmable et les micropaiements, une CBDC pourrait accroître l'utilité de la monnaie de banque centrale par rapport à l'argent liquide. Et elle pourrait soutenir un paysage des paiements résilient, innovant et compétitif"

LaFinancial Conduct Authority publie un rapport sur la finance ouverte, 31 mars 2021

La déclaration de feedback de la Financial Conduct Authority (FCA) détaille sa vision de la finance ouverte, ses avantages potentiels et les résultats de son appel à contribution concernant sa stratégie réglementaire. La déclaration met l'accent sur les préoccupations des répondants qui estiment que l'obligation pour les clients de demander une ACS tous les 90 jours est source de frictions et que la disponibilité et la performance des API devraient être renforcées dans un souci de commodité pour les clients. Cela rejoint les préoccupations de l'UE concernant les frictions dans les paiements causées par le SCA.

LaFinancial Conduct Authority publie une déclaration de principe sur l'extension de l'obligation de déclaration annuelle des délits financiers jusqu'au 31 mars 2021

Selon la déclaration de politique Extension de l'obligation de déclaration annuelle des délits financiers, la FCA exigera des fournisseurs d'échange de cryptoactifs, des fournisseurs de portefeuilles de dépôt, des institutions de paiement (avec des exceptions) et des institutions de monnaie électronique qu'ils soumettent un rapport annuel sur les délits financiers (un "REP-CRIM"). Le nombre d'entreprises assujetties passera ainsi d'environ 2 500 à environ 7 000. Cette obligation entrera en vigueur le 30 mars 2022.

Leministère des finances britannique publie un rapport sur le plan directeur et le plan de transition pour l'Open Banking, 02 mars 2021

À la lumière des exigences PSD2 non satisfaites, d'un examen du paysage des paiements par le Trésor britannique et des normes de l'ordonnance CMA, UK Finance et Baringa Partners ont publié un rapport sur la façon dont l'entité de mise en œuvre de l'Open Banking (OBIE) devrait évoluer pour répondre aux préoccupations et améliorer la fonctionnalité et la sécurité. Le rapport présente des plans pour un modèle de "Future Entity" qui améliore le modèle actuel, tout en assurant une transition en douceur et la conformité avec les exigences réglementaires. L'entité future, qui sera au centre du marché ouvert des données et des paiements, est fondée sur la sécurité, l'efficacité et la fiabilité. Les résultats à l'appui de cet objectif sont les suivants

  1. "1. l'adoption généralisée des propositions d'ouverture des données et des paiements
  2. 2. Les services fournis seront hautement sécurisés et fiables
  3. 3. Le Royaume-Uni reste à la pointe de l'innovation en matière de propositions d'API ouvertes
  4. 4. Les personnes en situation de vulnérabilité pourront bénéficier des mêmes avantages que ceux offerts par les propositions de données et de paiements ouverts
  5. 5. Les mauvais résultats pour les clients sont évités"

L'Open Banking a gagné en popularité, avec plus de 2,5 millions d'entreprises et d'utilisateurs individuels auRoyaume-Uni7 , mais cela ne représente encore qu'un petit pourcentage de la population de 68 millions depersonnes8

Open Banking et sécurité : comment assurer la sécurité du parcours de l'utilisateur ?

Open Banking et sécurité : comment assurer la sécurité du parcours de l'utilisateur ?

"La sécurité dans l'open banking est un sujet qui n'est pas assez souvent abordé. Lorsqu'il s'agit d'open banking, les institutions financières se concentrent généralement sur les possibilités techniques ou commerciales. Or, la sécurité des données est tout aussi importante - et peut-être même plus."

En savoir plus

Publication du rapport Kalifa sur les Fintech, 26 février 2021

Le rapport Kalifa Review, commandé par le Trésor britannique et qui a fait couler beaucoup d'encre, émet des recommandations sur la manière de renforcer la fintech dans un contexte de concurrence accrue, de COVID-19 et d'incertitude réglementaire face au Brexit. Ron Kalifa, entrepreneur et président de la société de paiement Network International, présente cinq points pour garantir le statut supérieur du Royaume-Uni en matière de fintech : la politique et la réglementation, les compétences, l'investissement et la connectivité internationale et nationale. le point "Politique et réglementation" suggère la mise en place d'un nouveau paquet sur la finance numérique, qui créerait un cadre réglementaire pour soutenir les technologies émergentes ; une "boîte à échelle" qui fournit un soutien supplémentaire aux entreprises qui se concentrent sur les technologies innovantes ; et le développement d'une politique commerciale mondiale qui donne la priorité à un programme de fintech. Les sous-recommandations portent sur un bac à sable numérique permanent pour renforcer la coopération, le rôle de la fintech dans le soutien à l'inclusion financière, la numérisation des services financiers (une CBDC et la réglementation des crypto-actifs) ; et le développement d'une stratégie de données (création d'un identifiant numérique, la priorisation des données intelligentes et un examen des implications réglementaires de l'IA). Le rapport est un indicateur clé des futures réglementations potentielles, d'autant plus que le Royaume-Uni ressent la pression de maintenir sa forte avance dans le domaine de la fintech. La recommandation sur l'identité numérique sera particulièrement importante pour les mesures d'inclusion financière et le lancement éventuel d'une CBDC.

LeRoyaume-Uni publie un document d'orientation sur l'identité numérique, 11 février 2021

Le ministère du numérique, de la culture, des médias et du sport a publié un document d'orientation décrivant le cadre de confiance proposé pour l'identité numérique et les attributs. Le projet de document, destiné aux organisations qui utilisent ou cherchent à utiliser des applications d'identité numérique, énonce les principes et les politiques qui sous-tendent les objectifs généraux en matière d'identité numérique. Le cadre vise à cultiver la confiance entre les utilisateurs et les fournisseurs de services d'identité numérique, à encourager la coopération entre le gouvernement et le secteur privé dans la lutte contre la fraude et la cybercriminalité, et à faciliter l'interopérabilité entre les fournisseurs de services. Les organisations doivent mettre en place une politique de gestion des données qui décrit comment elles "créent, obtiennent, transforment, partagent, protègent, documentent et conservent les données" ; un cadre de conformité en matière de protection de la vie privée ; un plan de réponse aux incidents ; et une surveillance de la fraude. Le contrôle des utilisateurs sur leurs données est fortement mis en avant. La proposition suggère des moyens par lesquels un service d'identité numérique pourrait être développé en vertu du cadre, y compris une application semblable à un portefeuille et un fournisseur de services d'identité en ligne qui peut divulguer les informations appropriées à une tierce partie. Le cadre franchit également une étape importante dans la promotion de l'inclusion numérique. Les personnes qui n'ont pas accès aux documents traditionnels pour prouver leur identité peuvent s'appuyer sur un système de vouching, dans lequel une personne de confiance se porte garante de l'identité d'une personne. Ce système pourrait s'avérer déterminant pour l'émancipation de personnes telles que les réfugiés, les demandeurs d'asile et les personnes vivant dans des contextes de grande pauvreté. Le document se termine par un aperçu des prochaines étapes, y compris un appel à commentaires et une deuxième version du cadre à venir.

HM Treasury publie l'évaluation nationale des risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme 2020, 17 décembre 2020

HM Treasury a publié son National Risk Assessment on Money Laundering and Terrorist Financing 2020 (évaluation nationale des risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme 2020) sur l'évolution du paysage des menaces et les réponses à y apporter. Bien que le COVID-19 ait modifié le paysage des menaces, il n'a pas entraîné une augmentation globale des menaces. Les principaux changements sont l'utilisation accrue des crypto-actifs dans le blanchiment d'argent, l'exploitation des craintes liées aux pandémies dans l'adaptation des messages pour installer des logiciels malveillants, et l'utilisation criminelle accrue des paiements mobiles et sans numéraire. Cette évolution du paysage des menaces exigera des régulateurs et des particuliers qu'ils s'adaptent.

Avant même l'attaque de COVID-19 en mars 2020 au Royaume-Uni, la Financial Conduct Authority (FCA) avait déjà signalé une approche plus sévère de ses procédures de lutte contre le blanchiment d'argent en ce qui concerne les services de paiement électronique. Le 11 février 2020, la FCA a gelé un million de comptes de clients d'ePayments Systems Limited en raison des faiblesses constatées dans les systèmes et contrôles de lutte contre le blanchiment d'argent de l'entreprise. L'entreprise, l'une des plus grandes sociétés de paiement numérique du Royaume-Uni, a reçu le 25 février 2021 - plus d'un an après - une notification de la FCA l'informant qu'elle pouvait commencer à rembourser sesclients9


Références :

1. McAuley, Niamh. "Première estimation trimestrielle du PIB, Royaume-Uni : octobre à décembre 2020" Office for National Statistics, 12 février 2021. https://www.ons.gov.uk/economy/grossdomesticproductgdp/bulletins/gdpfirstquarterlyestimateuk/octobertodecember2020

2. "Insights : COVID-19 et l'essor du consommateur sans contact" Barclay's, 05 février 2021. https://home.barclays/news/2021/02/Insights--COVID-19-and-the-rise-of-the-contactless-consumer/

3. Enquête Financial Lives 2020 : l'impact du coronavirus. Financial Conduct Authority, 11 février 2021. https://www.fca.org.uk/publication/research/financial-lives-survey-2020.pdf

4. Kalifa Review of UK Fintech. 26 février 2021. https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/978396/KalifaReviewofUKFintech01.pdf

5. Wilson, Tom. "HSBC interdit à ses clients d'acheter des actions de MicroStrategy, qui soutient le bitcoin Nasdaq, 12 avril 2021. https://www.nasdaq.com/articles/hsbc-bans-customers-from-buying-bitcoin-backer-microstrategy-shares-2021-04-12-0

6. Makortoff, Kayleena. "NatWest refusera de servir les clients professionnels qui acceptent les crypto-monnaies" The Guardian, 21 avril 2021. https://www.theguardian.com/technology/2021/apr/21/natwest-will-refuse-to-serve-business-customers-who-accept-cryptocurrencies

7. "Trois ans après que la DSP2 a marqué le début de l'Open Banking, le Royaume-Uni a construit un écosystème de premier plan." Open Banking, 13 janvier 2021. https://www.openbanking.org.uk/about-us/latest-news/three-years-since-psd2-marked-the-start-of-open-banking-the-uk-has-built-a-world-leading-ecosystem/#:~:text=Plus de 2,5 million UK,accèdent au crédit et font des paiements

8. "Population totale, les deux sexes confondus (milliers) Données de l'ONU, 2021. https://data.un.org/Data.aspx?q=united+kingdom+population+2021&d=PopDiv&f=variableID:12;crID:826;timeID:87

9. Wilkes, Guy. "La nouvelle approche stricte de la FCA en matière de lutte contre le blanchiment d'argent traite-t-elle les clients de manière équitable ? Lexology, 17 mai 2021. https://www.lexology.com/library/detail.aspx?g=a30a9066-eb70-4528-8400-d02c978ed666


*AVERTISSEMENT : Ces informations représentent l'interprétation par OneSpan des exigences de conformité à la date de publication. Veuillez noter que les interprétations ou les exigences des lois applicables ne sont pas toutes bien établies et que leur application dépend des faits et du contexte. Les informations contenues dans ce document ne doivent pas être considérées comme un conseil juridique ou comme un moyen de déterminer comment la loi s'applique à votre entreprise ou à votre organisation. Nous vous encourageons à demander l'avis de votre conseiller juridique sur les lois qui s'appliquent spécifiquement à votre entreprise ou organisation et sur la manière d'en assurer la conformité. Ces informations sont fournies "en l'état" et peuvent être mises à jour ou modifiées sans préavis. OneSpan décline toute responsabilité quant au contenu de ces documents.

Dernière mise à jour : Novembre 2021