Légalité de signature électronique

mars 11, 2020

Partout dans le monde, les organismes de services financiers, les compagnies d’assurance, les fournisseurs de soins de santé, et plus encore, hésitent à signer des contrats manuscrits et d’autres documents juridiquement contraignants en faveur des signatures électroniques en raison de l’immédiat l’efficacité et l’expérience client avantages. Les institutions financières constatent une réduction de 66 % des dossiers manquants et une réduction de 92 % des erreurs découlant de la numérisation des documents papier. Qui plus est, la technologie de signature électronique est maintenant en mesure d’être facilement intégré dans de nombreuses applications d’entreprise et de traiter l’expansion des avantages pour le flux de travail de l’entreprise

La loi applicable aux signatures électroniques est claire dans de nombreux pays et l’est depuis un certain temps, et l’adoption de la signature électronique a augmenté au cours des dernières années. Il s’agit d’une solution sûre et juridiquement contraignante dans la plupart des cas, mais il y a encore une certaine confusion sur le marché au sujet de la légalité. Ici, nous passerons en revue quelques informations clés sur les signatures électroniques et fournirons des ressources où vous pouvez en apprendre davantage. 

Alors, qu’est-ce qu’une signature électronique? Qu’est-ce qu’une signature numérique? Sont-ils les mêmes? 

Une signature électronique remplit la même fonction que son équivalent signature humide, mais par un support numérique. Les deux formes de signature sont des documents durables de l’intention du signataire, qui est généralement exprimé comme l’intention de se conformer aux termes du document signé. La loi fédérale AMÉRICAINE ESIGN adoptée en 2000 définit une signature électronique comme « un son, un symbole ou un processus électronique attaché à un contrat ou à un autre enregistrement ou associé à un contrat ou à un autre enregistrement et adopté par une personne dans l’intention de signer un enregistrement ». 

Cependant, les signatures électroniques sont souvent confondues avec les « signatures numériques ». Bien que les deux concepts soient liés, ils sont distincts les uns des autres. Une signature numérique fait référence à la technologie de cryptage utilisée dans la création d’une signature électronique. En bref, les organisations veulent une application de signature électronique basée sur la sécurité de signature numérique. 

Est-ce qu’une eSignature est juridiquement contraignante? 

Oui! Les signatures électroniques sont valides et juridiquement contraignantes devant les tribunaux de nombreux pays à travers le monde. Voici quelques exemples : 

  • États-Unis: La Federal Electronic Signatures in Global and National Commerce Act (ESIGN) et l’Uniform Electronic Transactions Act (UETA) de l’État accordent une reconnaissance juridique aux signatures électroniques. Ils sont neutres sur le plan technologique et permettent aux organisations d’utiliser un processus standard de signature électronique dans 50 États. 
  • Canada : Dans un rapport intitulé Electronic Signatures in Canadian Law, Stikeman Elliot LLP déclare : « Bien qu’il y ait certaines variations, les lois provinciales sur le commerce électronique stipulent généralement que les signatures, les documents et les originaux ne sont pas invalides ou inapplicables pour la seule raison d’être sous forme électronique. » 
  • Union européenne: Le règlement eIDAS de 2016 sert de législation en vigueur sur les signatures électroniques dans l’Union européenne. Il définit trois types de signatures électroniques : les signatures électroniques de base, avancées et qualifiées, qui peuvent être utilisées dans les États membres et qui prévoit une réglementation supplémentaire dictant leur utilisation. 
  • Japon: En 2001, la loi japonaise concernant les signatures électroniques et les services de certification est entrée en vigueur, reconnaissant l’applicabilité juridique de deux types de signatures électroniques utilisées dans le monde entier : l’Advanced E-Signature et le Qualified E-Signature. 
  • Singapour: L’Electronic Transactions Act of Singapore (ETA) a été adoptée en 1998 et fournit une base juridique pour les signatures électroniques. 

Qu’est-ce qui rend une signature électronique légale? 

Toutes les signatures électroniques n’ont pas la même valeur juridique. Selon le pays en question, la législation pertinente ne peut accepter des signatures électroniques que si elles possèdent certaines qualités pour assurer leur validité. Voici quelques-uns des critères qui sont souvent utilisés pour faire cette évaluation : 

  • Le signataire doit être la seule personne qui possède la clé cryptographique privée utilisée par l’application pour créer la signature électronique. 
  • Si le document est falsifié après l’application de la signature, cette falsification doit être en mesure d’être identifiée et la signature rendue nulle. 
  • L’e-signature doit être uniquement liée au signataire par le biais de diverses méthodes d’authentification de l’utilisateur. 

En outre, il existe des exigences supplémentaires qui sont généralement utilisées pour assurer la validité et l’applicabilité de la signature électronique : 

  • Les signatures électroniques ne sont valides que si toutes les parties appliquent volontairement leur signature au document. 
  • Toutes les parties doivent également consentir à mener les activités pertinentes par voie électronique. 
  • Toutes les parties doivent être en mesure de récupérer le document signé en électronique pour référence. 
  • L’application utilisée pour créer la signature électronique devrait également créer un dossier associé, ou piste de vérification, de la cérémonie de signature.  

Les signatures électroniques tiennent-ils en cour? 

À maintes reprises, il a été prouvé que les signatures électroniques tiennent le coup devant les tribunaux comme preuve de l’intention d’un signataire. Voici quelques exemples de signatures électroniques qui gagnent la journée. 

  • Long v. Time Insurance Company: Le tribunal a statué en faveur de Time Insurance, validant l’utilisation par la société de signatures électroniques pour les contrats d’assurance maladie, les éléments de preuve générés étant jugés recevables devant un tribunal.  
  • Vinhee c. American Express : American Express a perdu une procédure de faillite parce qu’elle n’a pas donné les bases des documents informatisés présentés comme preuve des relevés de carte de crédit de la défenderesse. 
  • Barwick c. GEICO : Cette affaire remettait en question la validité de la loi de l’UETA. La Cour suprême de l’Arkansas s’est rangée du côté de GEICO, notant que l’UETA ne pouvait pas être plus simple en permettant au dossier électronique de la demanderesse de satisfaire à la loi qui exige qu’un dossier soit « écrit » (c.-à-d. sur papier). 
  • Lorraine c. Markel American Insurance Company : Cette affaire démontre comment la saisie de preuves électroniques sans jeter les bases appropriées peut juger la preuve irrecevable. Le juge Paul W. Grimm n’a pas admis les documents électroniques en preuve, car aucune des parties ne pouvait démontrer la fiabilité des dossiers et des processus. 
  • Bar-ayal c. Time Warner Cable inc. : En l’espèce, le tribunal a confirmé un contrat en ligne « Je suis d’accord » qui exigeait l’arbitrage, fondé sur la recréation du processus électronique de son logiciel devant les tribunaux afin de démontrer l’acceptation de son entente par la demanderesse. 

Création d’une E-Signature 

L’envoi et la signature d’un document sont aussi faciles que l’application e-signature que vous choisissez de déployer. Pour les entreprises qui veulent une solution prête à fournir une expérience de signature électronique sécurisée hors de la boîte, OneSpan Sign offre un déploiement rapide et une expérience utilisateur exceptionnelle. De plus, OneSpan Sign peut intégrer ses capacités de signature électronique dans votre application existante avec l’aide de notre équipe de développement. 

Si vous souhaitez en savoir plus sur la légalité des signatures électroniques et OneSpan Sign, téléchargez notre ebook, Electronic Signature and the Law: Global Legislation Review

Les informations contenues dans ce blog ne sont qu’à des fins d’information et ne constituent pas des conseils juridiques. Nous vous recommandons de consulter un professionnel indépendant. OneSpan n'assume aucune responsabilité à propos du contenu de ces informations.